Au printemps 2010, SOS Homophobie et le Caélif (Collectif des Associations Etudiantes LGBT d’Ile-de-France), ont lancé une grande enquête dans les Grandes Ecoles et les Université d’Ile-de-France.

Le but ? Connaître les représentations de l’homosexualité en milieu étudiant. Et une des premières remarques du rapport donne le ton «L’homophobie n’épargne pas particulièrement l’enseignement supérieur».

 

4638 étudiants ont répondu au questionnaires, voici quelques chiffres :

Pour 82% des interrogés, l’homosexualité évoque une manière d’aimer comme une autre. 84% ne changeraient rien à leur comportement s’ils apprenaient que leur(e) meilleur(e) ami(e) est homosexuel(le).

Voir 2 personnes de même sexe s’embrasser est important et courageux pour 24% des étudiants, pour 56% ça leur est égal.

 

Pour 21% pédé, gouine, enculé sont des insultes ordinaires sans caractère homophobe. 39% considèrent qu’en fonction du contexte ça pourrait être une insulte. 79% pensent que tarlouze, dans le domaine du sport, n’est pas une insulte homophobe.

Enfin, 60% pensent qu’interdire le mariage aux homosexuels est clairement homophobe, ils ne sont plus que 43% à penser la même chose concernant l’adoption.

 

Pour lire l’enquête en intégralité c’est là.

Couverture de l'enquête d'SOS Homophobie