Il y a quelques jours, Homoz.fr vous apprenez qu’un test « phallométrique » était fait sur les immigrés homosexuels voulant entrer en République Tchéque.

L’ambassadeur de la République tchèque auprès de l’UE, Milena Vicenova, a catégoriquement rejeté jeudi comme « inacceptable » et « fondée sur des faits non véridiques » les critiques des « tests phallométriques » imposés, selon l’UE, par Prague aux demandeurs d’asile.

« Il n’y a pas de doute que la persécution des homosexuels et l’intolérance envers eux sont inacceptables dans l’Europe moderne. Mais l’accusation que la République tchèque les commettent est également tout aussi inacceptable », a déclaré Mme Vicenova, sur le site de la représentation tchèque auprès de l’UE (www.mzv.cz/representationEU).

« Cela fait longtemps que la République tchèque a annoncé que cette méthode n’était plus utilisée », a souligné l’ambassadeur.

« Les autorités tchèques se sont alors retrouvées devant un choix: soit rapatrier ces demandeurs dans leur pays d’origine et les exposer ainsi à un danger de mort, soit leur offrir un examen sexologique, en tant qu’ultime possibilité de vérifier la véracité de leurs dépositions », a déclaré Mme Vicenova.

« Grâce à cela, la menace de rapatriement a été conjurée et la République tchèque a accordé l’asile », a-t-elle conclu.

 

Source AFP