A partir du 20 septembre, l’armée américaine acceptera officiellement les gays et lesbiennes. Au terme d’une longue procédure, Barack Obama a autorisé vendredi la mise en oeuvre de l’abrogation de la loi du « don’t ask, don’t tell », qui obligeait les militaires homosexuels à dissimuler leur orientation sexuelle.

Après une réunion avec le secrétaire à la Défense Leon Panetta et l’amiral Mike Mullen, chef d’état-major interarmes, le président des Etats-Unis a signé une note au Congrès certifiant que l’abrogation de la loi de 1993, votée en décembre 2010, ne compromettrait pas la capacité de l’armée à combattre. Cette ultime étape permet la mise en oeuvre de la mesure au bout de 60 jours.

« En tant que commandant en chef, j’ai toujours eu confiance dans la capacité de nos dévoués hommes et femmes en uniforme à effectuer une transition vers une nouvelle politique d’une façon ordonnée qui préserve la cohésion des unités, le recrutement, le maintien des effectifs et l’efficacité de l’armée », a déclaré Barack Obama dans un communiqué. Les soldats américains « ne seront plus forcés de cacher ce qu’ils sont pour pouvoir servir notre pays ».

La fin du « don’t ask, don’t tell » était une promesse de campagne de Barack Obama. Elle met un terme à près d’un siècle d’interdiction de l’homosexualité au sein de l’armée américaine.

Depuis la Première guerre mondiale, les homosexuels n’avaient pas le droit de servir dans l’armée américaine et pendant des années les nouvelles recrues furent passées au crible et interrogées sur leur orientation sexuelle. En 1993, le président Bill Clinton avait assoupli cette interdiction, avec une loi de compromis empêchant à l’armée d’interroger les militaires sur leur orientation sexuelle. Mais les gays et lesbiennes engagés dans l’armée devaient cacher leur homosexualité sous peine d’être renvoyés.

A partir du 20 septembre, les homosexuels pourront donc ouvertement servir dans l’armée. La mesure donne la possibilité à ceux qui ont été renvoyés au cours des 17 dernières années de postuler de nouveau. Depuis 1993, plus de 13.500 militaires ont été démis de leurs fonctions pour n’avoir pas su cacher leur homosexualité, selon les Log Cabin Republicans, une association de défense des droits des gays.

 

SOURCE : ASSOCIATED PRESS