Plusieurs milliers de personnes ont manifesté aujourd’hui à Prague dans un « défilé de la fierté », la première édition du festival gay et lesbien « Prague Pride », qui se déroule depuis mercredi.

Venus pour défendre les droits des homosexuels et appeler à la tolérance, les manifestants, souvent déguisés et munis de sifflets et de drapeaux, se sont rassemblés en début d’après-midi, sous une pluie fine, sur la place de la République, au centre-ville. « Nous sommes venus pour soutenir nos amis tchèques. C’est important pour eux, pour nous, pour toute l’Europe« , a déclaré Ryszard, un quinquagénaire polonais de Wroclaw, brandissant un drapeau rouge-blanc de son pays et un parapluie, aux couleurs arc-en-ciel. « On a vu ici aussi des néo-fascistes, voilà pourquoi le soutien international est si important« , a-t-il ajouté.

Le cortège bariolé a traversé ensuite plusieurs grandes avenues de Prague, au son de la musique de danse que diffusaient des haut-parleurs, installés sur des camionnettes.

Le défilé devait se terminer en milieu d’après-midi sur l’île Strelecky, au milieu de la rivière Vltava, où des concerts et d’autres manifestations étaient prévues jusqu’à samedi soir. « Prague Pride » se tient sous les auspices du maire de Prague, Bohuslav Svoboda, du parti de droite ODS. Son geste a soulevé un tollé de plusieurs personnalités politiques, notamment le président Vaclav Klaus et l’un des ses proches collaborateurs, Petr Hajek. Ce dernier a qualifié les homosexuels de « citoyens déviants« , alors que selon le chef de l’Etat l’homosexualité « ne mérite pas nécessairement une apothéose« .

Ouvertement hostiles à la manifestation des homosexuels, les jeunes chrétiens-démocrates et d’autres groupes conservateurs ont convoqué pour samedi une « marche pour la famille » antigay, alors qu’une autre contre-manifestation « pour les valeurs traditionnelles » était annoncée par le petit parti d’extrême-droite DSSS.

Quelque 300 policiers ont été mobilisés pour tenir à distance le cortège et les contre-manifestants. Les extrémistes de droite s’en étaient déjà pris en 2008 à un défilé des homosexuels à Brno, la deuxième ville du pays.

SOURCE : AFP