Rue 89 s’intéresse aujourd’hui aux conséquences de la crise pour les homosexuels.

Dans un billet Didier Lestrades nous propose un billet « Crise : les gays (non plus) ne sont pas à la fête« 

Pas d’effet dans le monde LGBT, les pédés et les gouines semblent passer à travers les gouttes de la précarité.

Bien sûr, ils sont affectés, ils perdent leur travail et ils ont de plus en plus de difficultés à boucler leur budget mensuel, ils partent moins en vacances, bref, ils sont comme tout le monde face de cette angoisse.

La suite sur Rue89.com