On en parle rarement mais durant la Seconde Guerre mondiale, les homosexuels ont aussi été des victimes. Cette catégorie de victimes était même classée en bas de la hiérarchie humaine établie par les nazis…

Aujourd’hui je voulais vous parler d’une bande dessinée qui aborde avec violence mais retenue – l’histoire d’un déporté homosexuel : Triangle Rose.

Andréas Muller vit aujourd’hui à Paris. Son petit-fils doit lui rendre visite afin d’en apprendre plus sur les déportés…

Mais Andréas était un « vrai » allemand, il n’était pas inquiété tant que lez nazis se concentraient sur les Juifs. Jusqu’à qu’Hitler fasse appliquer le paragraphe 175, un article du code pénal allemand condamnant l’homosexualité masculine.

Le jeune homme sera, alors condamné à l’emprisonnement, puis placé en camp de concentration.

Le mot de l’éditeur :

De l’insouciance du début des années trente à la terreur et l’oppression qui n’ont jamais vraiment cessé pour lui, même après avoir survécu au pire, Andréas revient sur un passé tabou. Il donne une voix à ces « oubliés de l’histoire » dont la souffrance muette n’a pu s’exprimer que 40 ans après la chute du Troisième Reich !

152 pages /17€ / Editeur : Quadrants