A l’occasion d’une compétition de ski, le président Alexandre Loukachenko, s’en est pris au ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, et à son homologue allemand, Guido Westerwelle, qui a rendu publique son homosexualité.

« Le premier vit à Varsovie, le second à Berlin, a-t-il lancé. En ce qui concerne le second, qui crie à la dictature (…), après avoir entendu ça je me suis dit : mieux vaut être dictateur que pédé. »

Ce n’est pas sa première sortie concernant Guido Westerwelle. En février 2011, Loukachenko avait raconté avoir dit au ministre allemand ne pas aimer « les pédés » et lui avoir conseillé « les yeux dans les yeux » de mener « une vie normale ».