Est-ce que les couples homos mariés ont davantage voté à Gauche depuis qu’ils ont obtenu ce droit ?

C’est à cette question que tente de répondre Sylvain Brouard du CEVIPOF – Le Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Début 2011, l’INSEE comptait 200 000 personnes en couple avec des personnes de même sexe. 100 000 PACS ont été conclus entre personnes de même sexe depuis 1999 et 26 000 mariages célébrés depuis 2013.

D’abord, l’étude montre que les comportements électoraux chez les personnes homosexuelles mariées sont très divers, et finalement classiques, allant de l’extrême gauche à l’extrême droite. Au premier tour des élections régionales 2015, quasiment un tiers des couples homosexuels a voté pour le Front National et un quart pour le parti Les Républicains.

Il semble que l’ouverture du Mariage à tous les couples n’ait pas permis au PS et à la Gauche de rassembler ces nouveaux mariés.

Regionales2015_VoteDesCouplesHomos

Le comportement des hommes et des femmes (hétéro ou homo) n’étant jamais le même, il fallait donc détailler un peu plus ce comportement. L’étude montre que les hommes homosexuels mariés ont plus voté pour le Front National par exemple que les femmes mariées homosexuelles. En revanche, les femmes ont voté plutôt en faveur du Parti Socialiste et du parti  Les Républicains.

Regionales2015_VoteDesHetFHomos

L’ironie de l’étude est de conclure qu’une majorité d’homosexuels (hommes et femmes confondus) ont voté en faveur de partis qui leur sont plutôt hostiles, comme le FN et les Républicains.

La promesse tenue du Mariage pour Tous n’a donc pas permis au PS et à la Gauche de consolider son électorat avec les couples homos mariés.

Et pour aller au-delà de la question initiale, l’auteur conclut son étude, non pas sur la Gauche, mais sur l’extrême droite :

À défaut de pouvoir expliquer la plus forte propension des répondants masculins des couples homosexuels à voter Front national par la présence avérée de certains d’entre eux au sein de la direction frontiste, par le ralliement spectaculaire de certains activistes gays au FN ou par la discrétion de Marine Le Pen sur le mariage pour tous et sa mise en avant de la défense de la laïcité, on ne peut que souligner une convergence entre ces phénomènes. Là, comme ailleurs, le FN réussit manifestement le tour de force d’agréger des électorats aux antipodes : à la fois une proportion importante d’un segment électoral a priori peu disposé à le soutenir– les couples homosexuels et les parties les plus homophobes de l’électorat français qui le soutiennent depuis le milieu des années 80.

Source et étude complète :