C’est une information qui n’a pas d’écho dans l’actualité française, pourtant, discrètement, François Hollande continue son combat pour les droits des personnes LGBT. Et c’est contre le Vatican, que la France a engagé un bras de fer.

IllustrationPape

L’histoire commence au début de l’année 2015, le Président de la République et le Conseil des ministres  ont décidé de nommer Laurent Stefanini, ambassadeur auprès du Vatican. Bien qu’il fût pendant 4 ans, le numéro 2 de l’ambassade de France au Vatican en 2001, le Saint-Siège n’a toujours pas donné son agrément… Malgré des compétences professionnelles reconnues, c’est son homosexualité qui est pris en compte par le Saint-Siège.

En juillet 2013, le Pape avait pourtant déclaré que « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? » (…) « Le catéchisme de l’Eglise catholique dit très bien qu’on ne doit pas marginaliser ces personnes ».

Pourtant, plus de 3 mois après, la France attend toujours l’agrément…

Manuel Valls a semble-t-il jeté l’éponge, puisqu’il a déjà fourni une nouvelle liste de postulants à François Hollande. Mais le chef de l’État ne pliera pas, l’Élysée fait savoir qu’il attend, toujours, la réponse du Vatican. Espérons que le Président de la République tienne bon.

En 2007, la France avait déjà nommé un ambassadeur homosexuel au Vatican. A l’époque, la demande d’agrément n’avait pas reçu de réponse et Paris avait finalement proposé un autre nom… Le postulant était en plus pacsé, ce qui n’a pas plu au Saint-Siège…