C’est un article du site d’informations scientifique Sciences et Avenir qui nous l’apprend. Le risque de propagation du VIH en Ouganda est aussi dû à la taille des préservatifs.

La commission parlementaire sur le VIH a sillonné tout le pays et a récolté plusieurs plaintes. La taille unique des préservatifs est trop petite pour les hommes ougandais

Lors d’un rapport sexuel, le préservatif peut alors exploser, et ainsi exposer les partenaires à la contamination par le VIH.

Les députés vont donc demander aux fabricants de proposer plusieurs tailles.