Cet hiver, à Sotchi, pendant les Jeux Olympiques, l’homophobie a fait son retour sur le devant de la scène sportive mais également politique.

Les prises de position de l’exécutif russe contre les homosexuels, et le silence assourdissant du Comité International Olympique (CIO) n’ont fait qu’aggraver les choses.

Le CIO vient donc d’annoncer que dorénavant il intégrerait une clause de « non-discrimination » au contrat liant le Comité Olympique et la ville hôte.

A partir des Jeux de 2022, les villes hôtes devront adhérer au principe 6 de la Charte Olympique :

Toute forme de discrimination à l’égard d’un pays ou d’une personne fondée sur la race, la religion, la politique, le sexe ou autres est incompatible avec l’adhésion au Mouvement olympique.

La ville choisie en 2022 sera-t-elle gay-friendly ? Réponse le 31 juillet 2015.